Guérir son enfant intérieur

Moussa Nabati

Tout être humain abrite en lui, telle une poupée russe, deux personnes, deux désirs, deux Moi, l’un adulte et l’autre enfantin. Le premier, soumis au principe de réalité, est capable de se comporter, au travail ou en amour, de façon lucide. Le second, en revanche, faute de réflexion et de recul, emporté par une émotionalité débordante, oscille entre la dramatisation anxieuse et l’excitation euphorique.
C’est en réalité l’enfant intérieur qui guide les pas de l’adulte. Il se conduit en ange gardien lorsque le sujet a pu vivre son enfance, aimé et sécurisé, dans la gratuité du désir. Mais il risque de se conduire en persécuteur, plaçant répétitivement l’adulte dans un contexte d’échec et de dépendance affective, s’il a été victime de maltraitances ou a dû assister en toute impuissance à la souffrance de ses parents. Ainsi, une enfance non vécue, avortée, blanche, se transforme en fantôme, hantant le sujet et l’empêchant d’être lui-même, confiant dans sa bonté et ses capacités.
Moussa Nabati montre, à travers de nombreux témoignages, que ce n’est jamais vraiment l’adulte qui souffre, mais le petit garçon ou la petite fille en lui, sous l’emprise du fantôme. Dès lors, pour se libérer du passé et trouver son équilibre, nul besoin de recourir à des solutions extérieures, aux conseils et recettes pratiques, à la consommation addictive, aux antidépresseurs et anxiolytiques. Le projet existentiel le plus précieux de chacun devrait consister à retrouver son enfant intérieur, à l’écouter et à faire la paix avec lui pour le guérir.

Moussa Nabati est psychanalyste, docteur en psychologie de l’université de Paris.

Edition : Le Livre de Poche
Date de parution : 2009

Prix € : 7,70

EAN 13 : 9782253085058

Les derniers rois de Thulé

Jean Malaurie

En partageant la vie rigoureuse des Esquimaux polaires, les Inuits, en mangeant avec eux l’hiver ces oiseaux d’été qui ont pourri sous les pierres, en écoutant, durant trois mois de nuit polaire, leurs légendes d’un rare pouvoir imaginaire, leurs récits dramatiques d’expéditions au pôle avec Peary, Cook, leurs fameuses expéditions avec Knud Rasmussen, Jean Malaurie est devenu l’interprète de la grandeur de leur civilisation. De la pierre à l’homme, du chasseur individualiste au groupe communaliste : tel est l’itinéraire. Comme Jean Malaurie (premier Français à avoir atteint, le 29 mai 1951, le pôle géomagnétique Nord en traîneau à chiens), on se sent devenir militant en découvrant que cette société du pôle, d’esprit chamanique, qui vivait durement mais heureuse et libre depuis des millénaires, est agressée par une gigantesque base nucléaire.

Est ainsi posé le problème universel de la défense des minorités traditionnelles. Témoignage vécu d’une de ces violentes confrontations de civilisation que connaît de nos jours l’Arctique, ce livre n’est pas seulement l’œuvre de référence sur le peuple esquimau dans son passé héroïque et son présent difficile : il crée, sans conteste, un genre littéraire absolument nouveau. Il a été traduit en vingt langues, et adapté, à deux reprises, à la télévision française.
Le livre le plus diffusé au monde sur le peuple inuit.

Biographie de l’auteur
Jean Malaurie est directeur du Centre d’Études Arctiques à l’École des hautes études en sciences sociales. La première chaire de géographie polaire a été créée pour lui en 1957 par le grand historien Fernand Braudel. Il a fondé et dirige la célèbre collection Terre Humaine.

Edition : Pocket
Date de parution : 2001

Prix € : 13,00

EAN 13 : 9782266115506

La soumission librement consentie

RV Joule, JL Beauvois

Amener quelqu’un à faire en toute liberté ce qu’il doit faire est finalement moins compliqué qu’on ne le croit. II existe aujourd’hui une somme impressionnante de connaissances scientifiques sur lesquelles on peut s’appuyer pour influencer les gens sans même qu’ils s’en rendent compte. Évidemment, cela s’appelle de la manipulation. Mais, qu’on le veuille ou non, la manipulation peut être mise au service des causes les plus sombres comme des causes les plus nobles. On peut par manipulation amener quelqu’un à s’aliéner dans une secte, comme on peut par manipulation amener quelqu’un à conduire plus prudemment, à dévorer les auteurs au programme du Bac, à s’investir dans le boulot, etc. Ces connaissances relèvent de la psychologie de l’engagement. Elles sont au coeur de ce livre qui illustre leurs applications dans des domaines aussi variés que la formation, la lutte contre les accidents de travail ou contre le Sida, le management, le marketing et même la thérapie. Continuer la lecture de La soumission librement consentie

Discours de la servitude volontaire

Étienne de la Boétie

Publié en 1576, Le Discours de la servitude volontaire est l’oeuvre d’un jeune auteur de dix-huit ans. Ce texte (ô combien actuel !) analyse les rapports maître-esclave qui régissent le monde et reposent sur la peur, la complaisance, la flagornerie et l’humiliation de soi-même. Leçon politique mais aussi leçon éthique et morale, La Boétie nous invite à la révolte contre toute oppression, toute exploitation, toute corruption, bref contre l’armature même du pouvoir.

Edition : Mille et une nuits
Date de parution : 1997

Prix € : 3,00

EAN 13 : 9782910233945

La désobéissance civile

Henry-David Thoreau

La Désobéissance civile, titre original Civil Disobedience est un essai de Henry David Thoreau publié en 1849. H.D. Thoreau écrit sur le thème de la désobéissance civile, en se fondant sur son expérience personnelle. En juillet 1846, Thoreau fut emprisonné, n’ayant volontairement pas payé un impôt à l’état américain, car il lui reprochait de soutenir l’esclavage qui régnait alors dans le Sud et de mener une guerre contre le Mexique. Il fut content d’être incarcéré pour cet acte posé. Il ne passa qu’une nuit en prison, car son entourage paya la caution, ce qui le rendit furieux. Avec le Discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie, La désobéissance civile est un ouvrage précurseur du concept de la désobéissance civile.

Edition : Mille et une nuits
Date de parution : 1997

Prix € : 2,50

EAN 13 : 9782842050627

Qu’est-ce que la propriété ?

Pierre-Joseph Proudhon

Ce texte, publié en 1840, rendit célèbre Pierre-Joseph Proudhon grâce à une impérissable formule : « La propriété, c’est le vol. » Pour Proudhon, le capitalisme est l’apothéose d’une extorsion invisible.
Le rassemblement productif des travailleurs dégage une force collective supérieure à la somme des forces de ces travailleurs pris isolément. Or la propriété privée des moyens de production autorise le capitaliste à rémunérer le travailleur sur la seule base individuelle de ce qu’il aurait produit s’il avait été placé hors de la force collective de production. Le propriétaire du capital empoche la différence ; ce surplus est le profit capitaliste, que Proudhon appelle l’aubaine.
Toute la question économique de la justice est de répartir cette plus-value sans accaparement ni spoliation. En notre temps de crise du capitalisme, est-il question plus urgente ?
La lecture du texte provocateur de Proudhon nous en prouve l’actualité. Saurons-nous y répondre mieux que lui ?

Edition : Le Livre de Poche
Date de parution : 2009

Prix € : 7,60

EAN 13 : 9782253082590

C’était de Gaulle

Alain Peyrefitte

Ce volume contient : I. «La France redevient la France» – II. «La France reprend sa place dans le monde» – III. «Tout le monde a besoin d’une France qui marche».
Alain Peyrefitte a eu, entre 1959 et 1969, quelque 300 entretiens en tête à tête avec le général de Gaulle. Auxquels s’ajoutent les conseils des ministres, les conseils restreints, les rencontres avec des chefs d’État ou de gouvernement étrangers. Continuer la lecture de C’était de Gaulle

Essais, tome III

Michel de Montaigne

«S’il y a quelque personne, quelque bonne compagnie, aux champs, en la ville, en France, ou ailleurs, resséante ou voyagère, à qui mes humeurs soient bonnes, de qui les humeurs me soient bonnes, il n’est que de siffler en paume, je leur irai fournir des essais, en chair et en os.»
(III, 5, «Sur des vers de Virgile»)

Edition : Folio
Date de parution : 2009

Prix € : 7,70

EAN 13 : 9782070423835

 

De la démocratie en Amérique, tome I

Alexis de Tocqueville

Tout dans l’œuvre de Tocqueville se rattache plus ou moins directement à un problème unique : dans les sociétés occidentales entraînées par un processus providentiel de démocratisation, la liberté de chaque homme pourra-t-elle subsister ?
Si l’idée centrale est une, les périls sont multiples, et depuis 1930 les commentateurs ont mis l’accent sur tel aspect ou tel autre. D’abord, au temps des fascismes occidentaux, ils ont valorisé le refus du totalitarisme, sacrifice de la liberté à un égalitarisme brutal. Depuis la chute de ces régimes, ils ont paraphrasé la vision de Tocqueville des périls insidieux d’une société de consommation qui invite chaque citoyen à se retirer dans le confort d’une vie privée dépourvue de toute solidarité ; et ils ont mis en valeur les pages où Tocqueville montre le danger corrélatif de la substitution aux décisions librement discutées, d’un bureaucratisme tout-puissant et stérile.
Tocqueville, observant l’enfance des démocraties modernes, y avait diagnostiqué les germes de maux qui se sont développés avec leur croissance.

Edition : Folio
Date de parution : 1986

Prix € : 8,80

EAN 13 : 9782070323548

 

De la démocratie en Amérique, tome II

Alexis de Tocqueville

Tout dans l’œuvre de Tocqueville se rattache plus ou moins directement à un problème unique : dans les sociétés occidentales entraînées par un processus providentiel de démocratisation, la liberté de chaque homme pourra-t-elle subsister ?
Si l’idée centrale est une, les périls sont multiples, et depuis 1930 les commentateurs ont mis l’accent sur tel aspect ou tel autre. D’abord, au temps des fascismes occidentaux, ils ont valorisé le refus du totalitarisme, sacrifice de la liberté à un égalitarisme brutal. Depuis la chute de ces régimes, ils ont paraphrasé la vision de Tocqueville des périls insidieux d’une société de consommation qui invite chaque citoyen à se retirer dans le confort d’une vie privée dépourvue de toute solidarité ; et ils ont mis en valeur les pages où Tocqueville montre le danger corrélatif de la substitution aux décisions librement discutées, d’un bureaucratisme tout-puissant et stérile.
Tocqueville, observant l’enfance des démocraties modernes, y avait diagnostiqué les germes de maux qui se sont développés avec leur croissance.

Edition : Folio
Date de parution : 1986

Prix € : 9,30

EAN 13 : 9782070323647