L’état profond américain – La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle

Peter Dale Scott

S’appuyant sur plus de quatre décennies de recherches, Peter Dale SCOTT nous offre une analyse inédite de l’« État profond américain », un système informel et méconnu, dont l’influence sur l’Histoire contemporaine est absolument majeure. En dehors du cadre légal, celui-ci conditionne secrètement, souvent illégalement, les politiques officielles de l’État public à Washington – voire les contredit ou les neutralise. Observateur politique de premier plan, SCOTT décrit le processus de militarisation croissante des États-Unis, en particulier depuis le 11-Septembre. Il explique également l’origine de la « dérive sécuritaire » (écoutes et surveillance illégales, détentions arbitraires massives, usage de la torture, assassinats ciblés) et de l’accroissement des inégalités de revenus que connaît ce pays depuis la guerre du Vietnam.
L’État profond constitue aujourd’hui un système quasi institutionnalisé dans des agences (comme la CIA et la NSA) qui échappent au contrôle démocratique. Continuer la lecture de L’état profond américain – La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle

La société contre l’État

Pierre Clastres

« Quand, dans la société primitive, l’économique se laisse repérer comme champ autonome et défini, quand l’activité de production devient travail aliéné, comptabilisé et imposé par ceux qui vont jouir des fruits de ce travail, c’est que la société n’est plus primitive, c’est qu’elle est devenue une société divisée en dominants et dominés, en maîtres et sujets, c’est qu’elle a cessé d’exorciser ce qui est destiné à la tuer : le pouvoir et le respect du pouvoir. La division majeure de la société, celle qui fonde toutes les autres, y compris sans doute la division du travail, c’est la nouvelle disposition verticale entre la base et le sommet, c’est la grande coupure politique entre détenteurs de la force, qu’elle soit guerrière ou religieuse, et assujettis à cette force. La relation politique de pouvoir précède et fonde la relation économique d’exploitation. Avant d’être économique, l’aliénation est politique, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes. » P. C. Continuer la lecture de La société contre l’État

Les dessous du terrorisme

Gerhard Wisnewski

Avec Les Dessous du terrorisme – Qui dirige le monde par la peur ?, Wisnewski jette un regard critique nouveau sur les coulisses de ce que politiciens et médias vendent quotidiennement aux simples citoyens dans le monde entier, comme la « guerre contre la terreur ». Il expose ainsi son propos : « Ce livre défend la thèse que ce que nous apprenons tous les jours dans les nouvelles à propos du terrorisme n’est que l’enveloppe externe d’un coffre-fort qui recèle un trésor brûlant : les secrets de la terreur. Je prétends que cette enveloppe n’est rien d’autre que ce que qu’il faut faire savoir à la population, pour la pousser dans une direction politique déterminée. Mais il ne s’agit nullement de ce qu’elle doit savoir, et probablement pas non plus de ce qu’elle veut savoir. » Continuer la lecture de Les dessous du terrorisme

Contre les élections

David van Reybrouck

Depuis plusieurs années, David Van Reybrouck, auteur de Congo, Une histoire (Prix Médicis Essai 2012) s’intéresse de près à la vie politique de son pays, la Belgique, et notamment à la question de la participation des citoyens à la gestion du pays. Et si c’étaient les élections qui mettaient en péril la démocratie ? Ses réflexions ainsi que les solutions qu’il propose tombent à pic au moment où l’on prépare en France les élections municipales.

Edition : Babel
Date de parution : 2014

Prix € : 9,50

EAN 13 : 9782330028206

Mémoires

David Rockefeller

Ici, un Rockefeller parle des Rockefeller. Un nom qui est synonyme d’immense fortune, et qui représente mieux que personne un peuple qui n’a pas peur de ce mot, qui en connaît le prix. Son grand-père, en fondant en 1870 la Standard Oil, avait créé en quelques années un empire pétrolier, et fait de sa famille une des plus riches des Etats-Unis. Sa mère, une mécène fameuse de l’art moderne, était elle-même la fille du chef de la majorité républicaine au Sénat. Président de la Chase Manhattan Bank, David Rockefeller décida d’élargir l’activité de la banque au-delà des Etats-Unis et chercha à nouer des relations de confiance avec tous les pays du monde. Continuer la lecture de Mémoires