Lettres de prison

Rosa Luxemburg

Dans les lettres, devenues célèbres, qu’elle envoya à son amie Sophie Liebknecht, avec une grande lucidité devant les difficultés de la révolution socialiste, elle exprime un amour de la nature inattendu de la part d’une grande militante du mouvement ouvrier, celle que Franz Mehring définissait comme« la plus géniale tête que le marxisme ait produite depuis Karl Marx ».
Détenue dès février 1915 pour avoir appelé les prolétaires français et allemands à ne pas participer au conflit mondial, incarcérée à nouveau en juillet 1916, Rosa Luxembourg, une Allemande d’origine polonaise, entretient une correspondance suivie avec Sophie, la seconde épouse de Karl Liebknecht, un avocat qui défendait en Allemagne les sociaux-démocrates ou socialistes révolutionnaires russes menacés d’expulsion suite à leur activité politique.
Libérée lors de la révolution de novembre 1918, Rosa reprendra son activité révolutionnaire, participera à l’éphémère insurrection spartakiste qu’elle avait dans un premier temps condamnée. Elle sera arrêtée et assassinée lors de la répression de janvier 1919.

Edition : Berg
Date de parution : 2012

Prix € : 9,00

EAN 13 : 9782917191569

La domination

Max Weber

La parution de La domination de Max Weber, le dernier de ses grands textes encore inédits en français, a été un véritable événement éditorial l’an dernier. Le sociologue allemand y élabore une réflexion sur les composantes du pouvoir à l’époque moderne. Il y développe aussi sa fameuse distinction de trois grands modes d’exercice du pouvoir et de l’autorité : domination traditionnelle, domination bureaucratique et domination charismatique. Désormais accessible au format poche.

Près d’un siècle après sa publication en allemand, La Domination est enfin disponible en français, sur la base de l’édition critique de référence. Il s’agit d’une pièce fondamentale de la sociologie politique de Max Weber.
Ces manuscrits, rédigés avant la Première Guerre mondiale, sont fascinants par leur érudition et leur inventivité conceptuelle. C’est en les rédigeant que Weber forge des notions aujourd’hui encore incontournables pour toute sociologie politique : les trois modes de domination légitime, le passage de la domination des notables à la domination des partis de masse, l’opposition groupe de statut ( Stand)/classe ( Klasse), le patrimonialisme, la hiérocratie, la domination charismatique et le charisme de fonction n’en sont que les exemples les plus célèbres.
Weber se lance dans une sociologie historique comparative qui préfigure l’histoire globale. Brossant un tableau impressionnant par son ampleur de vue, l’auteur construit les idéaux-types des différents régimes de domination pour mettre le monde occidental moderne en perspective et étudie aussi les relations entre domination spirituelle et domination temporelle.

Edition : La Découverte
Date de parution : 2015

Prix € : 14,50

EAN 13 : 9782707186331

Le président des ultra-riches

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

« Macron, c’est moi en mieux », confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après Le Président des riches, les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d’enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France.
Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du président sur « ceux qui ne sont rien », les auteurs documentent la réalité d’un projet politique profondément inégalitaire. Loin d’avoir été un candidat hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les cadeaux aux plus riches : suppression de l’ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l’ exit tax, pérennisation du crédit d’impôt pour les entreprises… Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un « pognon de dingue » alors même que les classes populaires paient la facture sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de faux-semblant en matière de politique écologique.
Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l’entourage, ce livre fait la chronique édifiante d’une guerre de classe menée depuis le cœur de ce qui s’apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle.

Edition : Zones
Date de parution : 2019

Prix € : 14,00

EAN 13 : 9782355221286

La subversion du christianisme

Jacques Ellul

«La question que je voudrais esquisser dans ce livre est une de celles qui me troublent le plus profondément. Elle me paraît dans l’état de mes connaissances insolubles et revêt un caractère grave d’étrangeté historique. Elle peut se dire d’une façon très simple : comment se fait-il que le développement de la société chrétienne et de l’Église ait donné naissance à une société, à une civilisation, à une culture en tout inverses de ce que nous lisons dans la Bible, de ce qui est le texte indiscutable à la fois de la Torah, des prophètes, de Jésus et de Paul ? […] Si bien que d’une part on a accusé le christianisme de tout un ensemble de fautes, de crimes, de mensonges qui ne sont en rien contenus, nulle part, dans le texte et l’inspiration d’origine, et d’autre part on a modelé progressivement, réinterprété la Révélation sur la pratique qu’en avaient la Chrétienté et l’Église. Les critiquers n’ont voulu considérer que cette pratique, cette réalité concrète, se refusant absolument à se référer à la vérité de ce qui est dit. Or, il n’y a pas seulement dérive, il y a contradiction radicale, essentielle, dont véritable subversion.» Jacques Ellul.

Edition : Table ronde
Date de parution : 2004

Prix € : 8,70

EAN 13 : 9782710324447

Riche, pourquoi pas toi ? – BD

Michel Pinçon – Monique Pinçon Charlot

Être riche, c’est avoir de l’argent, pardi ! Pourtant, après avoir gagné au loto, Philippe Brocolis s’aperçoit que ce n’est pas si simple à définir, la richesse.
Avec l’aide des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, la famille part à la conquête d’un monde qui lui est totalement étranger… la bourgeoisie.
D’après les écrits de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Marion Montaigne mène avec un humour corrosif une enquête fiction humoristique sur l’argent, la reproduction des élites, la violence symbolique.

Édition : Dargaud
Date de parution : 2013

Prix € : 18,00

EAN 13 : 9782205071764

Là où vont nos pères

Tan

Le parcours d’un émigrant en route pour un pays nouveau, une terre promise, aussi attirante que mystérieuse : une nouvelle version de cet album poétique au graphisme époustouflant. Un homme fait sa valise. Il quitte sa femme et sa fille. Il embarque à bord d’un navire pour traverser l’océan. Destination : la terre promise, un pays inconnu. Cet homme est un émigrant. Là-bas, dans ce pays nouveau et étrange où il doit réapprendre à vivre, il rencontrera d’autres gens, exilés comme lui, eux aussi perdus dans ce monde nouveau… Le récit poétique d’un exode qui touche à l’universel. Prix du meilleur album au festival d’Angoulême 2008, Là où vont nos pères est un album inclassable, qui parle de l’émigration avec une poésie et une délicatesse incomparable.

Edition : Dargaud
Date de parution : 2007

Prix € : 16,50

EAN 13 : 9782205059700

L’insurrection qui vient

Comité Invisible

Chaque secteur spécialisé de la connaissance fait à sa manière le constat d’un désastre. Les psychologues attestent d’inquiétants phénomènes de dissolution de la personnalité, d’une généralisation de la dépression qui se double, par points, de passages à l’acte fou. Les sociologues nous disent la crise de tous les rapports sociaux, l’implosion-recomposition des familles et de tous les liens traditionnels, la diffusion d’une vague de cynisme de masse ; à tel point que l’on trouve dorénavant des sociologues pour mettre en doute l’existence même d’une quelconque «société». Il y a une branche de la science économique – l’«économie non autistique» – qui s’attache à montrer la nullité de tous les axiomes de la prétendue «science économique». Et il est inutile de renvoyer aux données recueillies par l’écologie pour dresser le constat de la catastrophe naturelle.

Appréhendé ainsi, par spécialité, le désastre se mue en autant de «problèmes» susceptibles d’une «solution» ou, à défaut, d’une «gestion». Et le monde peut continuer sa tranquille course au gouffre.

Le Comité invisible croit au contraire que tous les remous qui agitent la surface du présent émanent d’un craquement tectonique dans les couches les plus profondes de la civilisation. Ce n’est pas une société qui est en crise, c’est une figure du monde qui passe. Les accents de fascisme désespéré qui empuantissent l’époque, l’incendie national de novembre 2005, la rare détermination du mouvement contre le CPE, tout cela est témoin d’une extrême tension dans la situation. Tension dont la formule est la suivante : nous percevons intuitivement l’étendue de la catastrophe, mais nous manquons de tout moyen pour lui faire face.
Continuer la lecture de L’insurrection qui vient

L’impérialisme, stade suprème du capitalisme

Lénine

Aux vues de la première guerre mondiale, Lénine nous livre une analyse de l impérialisme en cours, qui semble préfigurer la mondialisation à venir. « Le diagnostique léniniste conserve sa pertinence, y compris dans sa conclusion alternative. Car, c est bien d un système qu il s agit et ce système, le capitalisme, est demeuré le même, quant à sa nature, depuis Le Capital jusqu à ses avatars impérialistes, lesquels, à travers et au rythme des bouleversements considérables qu ils ont véhiculés et qui ont changé nos façons de voir le monde, n ont fait que confirmer sa nuisance, au point de placer sous le signe de l urgence, en vérité vitale, la nécessité de le changer. La nouveauté n est pas à chercher ailleurs. Et elle est radicale. Si mal en point, si désassemblées, pour de semblables raisons conjoncturelles, que soient les forces contestataires, elles n en ont pas moins affaire à la même tâche. Les symptômes les plus récents se multiplient qui donnent à penser que vont se produire, que sont en train de s opérer, des convergences, dont le programme n est assurément pas disponible, mais dont la finalité est indiscutable. » Extrait de la préface de Georges Labica.

Edition : Le Temps des Cerises
Date de parution : 2001

Prix € : 5,00

EAN 13 : 9782841092796

Être humain en système capitaliste ?

Thierry Brugvin…

Vivre en régime capitaliste, ce n’est pas anodin… Peut-on y conserver notre dignité d’être humain ? Et si nous prenions conscience de l’impact ressenti, et du coup, des pistes pour s’en prémunir ?

Depuis la période du freudo-marxisme des années 1970, avec des auteurs tels Castoriadis, très peu d’ouvrages sont consacrés aux effets sur le psychisme des individus du système idéologique et économique qu’est le capitalisme. Ni sur les marges de liberté existantes et sur la part de responsabilité individuelle, face à ce que l’on peut aussi dénommer la « mégamachine », à l’instar de Serge Latouche. Car si une part du système capitaliste découle des infrastructures techniques et matérielles, comme l’explique Marx, le niveau de développement psychique de la majorité des individus actuels en est aussi en partie responsable.
Ce livre entend donc répondre à une carence de la sociologie critique, de la psychologie, mais aussi de l’altermondialisme, en matière d analyse du capitalisme néolibéral et du pouvoir adémocratique qu’il exerce. C est cet angle mort, portant sur l’analyse psychosociologique, mais parfois aussi anthropologique du système économique et politique, sur lequel se centre la problématique de ce livre.
Il s agit d’apporter des réponses à ces défis sociétaux contemporains : à l’idéologie du « choc des civilisations », à la loi d’airain de l’oligarchie, à l’individualisme concurrentiel et atomisant. Par l’analyse des mécanismes de domination et d émancipation, nous cherchons donc à construire des outils d’éducation populaire visant à une citoyenneté responsable, solidaire et ouverte sur la diversité.

Thierry Brugvin a dirigé cet ouvrage. Il est docteur en sociologie, diplômé d’une maîtrise de psychologie, psychothérapeute et enseignant en psychosociologie à l’université.
Olivier Labouret est médecin-psychiatre, président de l’USP (Union syndicale de la psychiatrie).
Gérard Weil, diplômé en sciences de l’éducation et ancien responsable de formation à l’INA.
Sébastien Hernandez est diplômé en sciences sociales et militant syndical.
Samuel Chaîneau est enseignant, agrégé en philosophie et militant politique.

Edition : Yves Michel
Date de parution : 2015

Prix € : 14,00

EAN 13 : 9782364290723

En finir avec les idées fausses sur l’Islam et les musulmans

Omero Marongiu-Perria

« Dans vingt ans une bonne partie des églises seront des mosquées. » « L’islam opprime les femmes. » Il est « inadapté au mode de vie moderne », « incompatible avec les valeurs de la République française.  » « Les salafistes sont tous des terroristes.  » Les clichés et idées reçues sur l’islam et les musulmans foisonnent, sur fond d’ignorance et de confusion où l’on mélange indistinctement le Coran, la Charia, les cultures et les civilisations dont l’islam a été le vecteur. Or, la religion musulmane ne se résume pas à une pratique rigoriste ni à des groupes intégristes prônant l’instauration d’une société régie par la Charia, ou qui adoptent une lecture figée du Coran et de la Tradition prophétique. L’islam est divers, traversé de tensions. La pratique religieuse des musulmans est variée, leur lecture du Coran très personnelle. Et les nombreux préjugés masquent la réalité de ce que vit l’immense majorité des musulmans qui participent à la société. Statut du Coran, relations avec les pays occidentaux, rapports hommes/femmes, vie quotidienne, place de la religion dans la laïcité, géopolitique, violence… En s’attaquant à plus de quatre-vingts idées fausses, rumeurs, approximations concernant l’islam et les musulmans, Omero Marongiu-Perria propose une parole libre et apaisée, destinée à tous les citoyens qui refusent que cette religion soit stigmatisée.

Edition : Atelier
Date de parution : 2017

Prix € : 10,00

EAN 13 : 9782708245259